vendredi 20 novembre 2009

Ce que je ne ferai pas

À la page 97 de l’album, on voit Karl se faire poursuivre par un policier dans les rues du faubourg. Il y a plusieurs façons de mettre en scène une poursuite dans une bande dessinée. Je me suis amusé à faire une esquisse rapide de ce que ça donnerait dans un style complètement à l’opposé du mien. L’idée de faire un tel exercice me vient sans doute de l’enseignement. Déformation professionnelle ...


Ça se veut très «dynamique», expressif, d’inspiration plus ou moins manga (raison pour laquelle l’action se lit ici de droite à gauche). Certains préféreront cette manière. Pas moi. Question de goût, je suppose. Cela ne veut pas dire que je n’apprécie pas les mangas. Ça m’arrive parfois.

Le problème avec cette page, c’est qu’elle se lit beaucoup trop vite. À ce rythme, on lit un album de 150 pages en dix minutes. Au prix où sont les livres, c’est un véritable gaspillage. De plus, je n’aime pas trop le pathos de la mise en scène, cette façon d’appuyer, de souligner à tout prix, de suggérer au lecteur ce qu’il doit ressentir. Mon rôle comme dessinateur est de montrer au lecteur ce qu’il y a à voir, pas d’éprouver les émotions à sa place. Cela dit, j’ai quand même eu un certain plaisir à dessiner ce petit pastiche.


Dans la version qui est la mienne, qui donne beaucoup plus d’importance au décor et aux figurants, j’ai cherché au contraire à ralentir la lecture, malgré le rythme haletant de la poursuite. La course de Karl ne dure peut-être que quelques secondes, mais elles lui paraissent sûrement une éternité. Les blocs narratifs, que je n’utilise en général que très rarement, contribuent également ici à ralentir et à ponctuer la lecture, en remplaçant un dialogue absent.

Voilà donc, encore à l’état de crayonné, ce que ça donne. Évidemment, c’est un peu plus de travail de cette manière.

3 commentaires:

  1. Amusant de te voir faire une page style manga ^^.

    Ceci dit, comme dans la BD franco-belge, il n'y a pas qu'une seule facon de découper une page selon les codes du manga.

    Tu en as fais une très dynamique et rapide, c'est vrai. Effectivement ca se lit vraiment très vite sur cet exemple, difficile de le nier.
    Mais dans des manga comme ceux de Jirô Taniguchi ('quartier lointain', etc...) par exemple, le recit est beaucoup plus contemplatif, donc le decoupage plus lent. Il y aurait moyen pour un decoupage 'manga' semblable a celui que tu as choisi au final. ^^

    Maintenant comme tu le dis, c'est une question de goût aussi. :)

    Bonne continuation! Et peut-être a demain au Salon si j'arrive a te voir ><

    Cécilia

    RépondreSupprimer
  2. C'est drôle à dire, mais ta page style manga? C'est très bon!

    RépondreSupprimer
  3. C'est drôle, mais je trouve la page version "manga" pourrait parfaitement être la suite de l'autre.

    Comme Cécilia dit, ça dépend vraiment des mangas. Il y en a en effet qui lance l'action très rapidement, de ce genre, mais il y en a d'autres qui sont réellement complets, avec décor et tout. C'est la même chose pour les bd européennes. Je trouve qu'il y a autant de bd européennes qui font passer l'histoire trop rapidement, au point qu'on en a de la misère à suivre, que de mangas qui se lise trop rapidement.
    Finalement, il faut juste trouver les bons livres!

    RépondreSupprimer